Accueil > Politique >

Akpro-Missérété:Michel Bahou suspend le culte de la divinité ’’oro’’

Les garants de la religion endogène, notamment du culte oro, ont été interdits de toute activité dans la commune d’Akpro-Missérété. La décision de suspension du culte de la divinité a été prise par le Conseil communal.

Le culte de la divinité oro est suspendu par le Conseil communal d’Akpro-Missérété jusqu’à nouvel ordre. Selon des sources généralement bien informées, la décision de suspension a été prise par le Conseil communal d’Akpro-Missérété et mise en exécution par arrêté du maire de la commune Michel Bahou.
Selon les mêmes sources, la principale raison de cette suspension est liée aux actes de violence posés dans la commune en général, mais en particulier dans l’arrondissement de Katagon. En lieu et place d’une fête, le maire de la commune a plutôt vu en la réjouissance du culte oro dans la commune d’Akpro-Missérété, une fête de règlement de comptes. Le comportement des adeptes qui se sont rendus au domicile du chef de village de Tchian pour réclamer sa tête pour la construction d’une forêt sacrée est l’élément principal qui fonde son analyse. L’autre comportement inhumain qui a poussé le Conseil communal d’Akpro-Missérété à suspendre le culte est relatif à l’attitude barbare et primitive des adeptes de la divinité qui ont essayé de porter atteinte à la vie de certains citoyens de la commune, notamment le cas d’une femme en travail très avancé qui se rendait dans une maternité pour accoucher. Contre toute attente, le passage lui a été bloqué pendant plus de deux heures d’horloge en dépit de ses supplications et douleurs. Elle n’a été autorisée à poursuivre son trajet qu’après l’intervention des éléments de la gendarmerie. L’autre cas de violence mentionné est celui d’un pasteur qui a été bastonné chez lui. Autant d’éléments qui ont amené le Conseil communal d’Akpro-Missérété à remonter les bretelles aux adeptes qui se sont rendus coupables d’actes de violence lors de la dernière célébration de la divinité Oro dans la localité. Ceci, pour prévenir des troubles à l’ordre public. Pour la mise en application de la décision de suspension, le maire Bahou a rencontré les adeptes de cette divinité.

O. I. A.

PLUS D'ARTICLES