Accueil > Societe >

Carrefour Sèmè-Podji:Quand les vendeuses à la sauvette côtoient la mort

Les vendeuses de canne à sucre courent, de plus en plus, des risques d’accident, lorsqu’elles poursuivent les minibus en mouvement, au carrefour Sèmè. Et pour cause.

Vendredi 7 octobre 2017 au carrefour Sèmè. Il est 13 heures. Un minibus en provenance de Porto-Novo tente de s’immobiliser. Aussitôt, des vendeuses à la sauvette de canne à sucre se mettent à le pourchasser. A l’arrêt du véhicule les bonnes dames se ruent vers les passagers du véhicule pour leur proposer leur produit. Les scènes du genre sont légion au carrefour Sèmè-Podji. Pour la vente de cette denrée, ces bonnes dames sont prêtes à braver la mort. Sagbohan Séraphine, vendeuse de canne à sucre au carrefour Sèmè-Podji, explique : « C’est une habitude ici au carrefour Sèmè-Podji. Le comportement des vendeuses à la sauvette ne date pas d’aujourd’hui. Les bonnes dames ont hérité cette pratique de leurs mères. Elles sont conscientes des risques auxquels elles s’exposent en s’adonnant à cette pratique. Ces vendeuses ne laissent pas souvent les véhicules s’immobiliser avant de se lancer à leur poursuite. »Pour Charles Hounkpè, conducteur du minibus, l’attitude des vendeuses à la sauvette de canne à sucre au carrefour Sèmè-Podji laisse à désirer. « Elles discutent parfois la chaussée avec les voitures. Pour éviter la catastrophe, les usagers de la route hésitent souvent avant de stationner », déclare-t-il. Selon CooviYètè, chef de service régulation du comportement des usagers de la route au Centre national de sécurité routière, environ 160 volontaires ont été recrutés par le centre pour sensibiliser les bonnes dames. Malgré ça, elles ne se corrigent pas. Mais d’ici quelques jours, affirme-t-il, des mesures fortes seront prises en collaboration avec les forces de sécurité publique. Pour ce faire, le chef de service régulation du comportement des usagers de la route au Cnsr confie qu’il est sur le point d’adresser un courrier aux autorités communales pour qu’un emplacement en bonne et due forme soit attribué aux bonnes dames afin qu’elles mènent leurs activités en sécurité. Il exhorte les usagers de la route inter Etat Cotonou-Porto-Novo à s’approvisionner en canne à sucre auprès des dames qui occupent les espaces convenables afin de décourager les mauvaises pratiques.

SagbohanO..Hanif (Stag)

PLUS D'ARTICLES