Accueil > Art et culture >

Culture:Le K.o du cinéma béninois

Où sont passés nos cinéastes et autres acteurs du cinéma ? Pourquoi avoir laissé le cinéma béninois en si mauvais état et sans espoir ? Le mal prend une autre dimension et jusque-là personne ne se prononce. Qu’est-ce que la nouvelle génération a finalement hérité ? Toutes ces interrogations méritent des réponses.

Qui pourra nous les servir ? Personne ! Aujourd’hui, tous les acteurs culturels s’observent. On attend le déclencheur. Pendant que le Nigeria, le Mali, le Togo, la Cote-d’Ivoire, s’illustrent dans de grands festivals panafricains et mondiaux, le cinéma béninois a du plomb dans l’aile. A ce propos, les avis sont divergents. Ishola est un passionné des films. Il en télécharge presque tous les jours et dans son répertoire aucun film béninois. Selon le jeune homme, le Bénin n’est pas réputé pour le cinéma. Didier, quant à lui est aussi mécontent. Il confie qu’aujourd’hui tout a échoué et que rien ne marche dans ce domaine. Une position que garde Estelle, étudiante. C’est une honte totale s’exclame la jeune fille. Certains acteurs béninois niaisent ; ce qui ne fait pas décoller le cinéma, fait savoir Estelle. Le Bénin dispose néanmoins d’écoles de renom pour des formations dans ce sens et pourtant ça piétine. Une réalité que reconnait le cinéaste Don patt. Pour lui, le mal dont souffre le cinéma béninois est à plusieurs niveaux. Dans son explication, l’homme déclare que le Bénin a du potentiel qu’il n’exploite pas ou qu’il exploite mal. La plupart des acteurs qui font le travail sont souvent maltraités, souligne Don patt. La question de la jalousie est également un problème de taille, ajoute-il. Ailleurs, le cinéma est valorisé, souligne Kenneth. Le réalisateur pointe du doigt l’amateurisme de certains techniciens du métier. Ils se déclarent toujours meilleurs, mais leurs productions sont toujours médiocres. Dans un échange avec un journaliste culturel qui a requis l’anonymat, il est à retenir que ce sont les acteurs qui pourrissent le secteur. Une déclaration qui a tout son sens lorsqu’on regarde les œuvres produites aujourd’hui. Le cinéma béninois souffre énormément et il revient aux acteurs de corriger le tir car l’art se travaille.

Boris Koumagnon

PLUS D'ARTICLES