Accueil > Societe >

Examen technique du Deat et Beat:Lucien Kokou lance les épreuves à Sékou

La direction des examens et concours du ministère de l’enseignement secondaire de la formation technique et professionnelle a procédé, le mardi 10 octobre 2017, au lancement de l’examen du diplôme d’étude agricole tropical et du brevet d’étude agricole tropical. C’est le lycée agricole Medji de Sékou qui a été retenu pour le lancement officiel.

C’est à 08h30mm que le top du démarrage de l’examen du diplôme d’étude agricole tropical et du brevet d’étude agricole tropical a été donné par Lucien Kokou, ministre de l’enseignement secondaire de la formation technique et professionnelle. Accompagné de Kakpo Mahugnon, directeur des examens et concours, il a tenu à rassurer les candidats, et les a invités à la sérénité. A en croire Kakpo Mahugnon, les élèves du secteur agricole au niveau des lycées suivent le cycle des saisons. 10 centres sont retenus sur toute l’étendue du territoire national et les candidats composent dans 6 filières à savoir production animale, production végétale, pêche et aquaculture, et la foresterie. Pour le compte de l’examen du diplôme d’étude agricole tropical, 2234 candidats dont 527 filles vont à l’assaut du diplôme tandis que pour le diplôme du brevet d’étude agricole tropical ce sont 200 candidats qui composent dans 2 centres. Kakpo Mahugnon a rassuré les parents et les acteurs du système éducatif de ce que toutes les mesures sécuritaires ont été prises quant à la confidentialité des épreuves. Le ministre Lucien Kokou a remercié tous les acteurs du système éducatif pour avoir accepté de ramener l’examen en octobre afin de permettre aux admis de s’inscrire à l’université. Selon lui, cela participe de la politique globale du gouvernement à accorder une place spéciale à la formation technique et professionnelle pour résorber, un tant soit peu, le problème du chômage qui se pose aux jeunes. Il a rassuré de la mise en place d’une politique d’installation des incubateurs dans tous les lycées au Bénin afin que le suivi des diplômés soit une réalité. Ces diplômés auront la chance d’être accompagnés par le fonds national pour la promotion des entreprises et de l’emploi des jeunes.

Armel Nelson Avadémey

PLUS D'ARTICLES