Accueil > Art et culture >

Organisation de Concerts de fin de vacances au Bénin:La Grande supercherie !!!

Les artistes béninois qui participent aux concerts de fin de vacances organisées par les réseaux Gsm opérant au Bénin ne perçoivent que le dixième de ce qui est réservé aux guest stars. Deux poids deux mesures, dirait-on. Une mafia hors du commun s’est installée autour de l’organisation de ces rencontres culturelles, notamment en ce qui concerne le cachet des artistes locaux.

D’insultantes sommes d’argent sont prévues pour leurs prestations. Etant dans le besoin de se faire connaître à travers ces genres d’événements, ils acceptent naïvement les miettes qu’on leur propose comme contrepartie. De ce fait, un pacte est signé entre l’artiste et la grande mafia. Difficile de prester à ces occasions sans débourser le moindre copeck. Une flopée de jeunes artistes inondent à cet effet les locaux où la mafia est installée. Des intermédiaires pullulent pour jouer le rôle circonstanciel. Mais dans la foulée, certains artistes confirmés n’hésitent pas à claquer la porte quand on leur propose de bidons contrats. Il y a quelques semaines, l’association des managers culturels du Bénin (Amacab) avait fait circuler une note mettant en garde les artistes et leurs staffs de n’accepter aucune proposition venant de ce réseau de mafieux. La faim et la pauvreté grandissant, des artistes sans foi ni loi ont signé le pacte. Néanmoins, il faut saluer la clairvoyance et le patriotisme d’un réseau Gsm qui a donné la part du lion aux talents locaux à travers la finale de l’édition 2017. Cependant, les artistes béninois à l’unisson doivent s’entendre et définir les clauses de ce type de contrat avec les réseaux Gsm eux-mêmes afin de s’imposer et de se faire respecter. Les éditions prochaines édifieront davantage.

Spéro Ahoussinou

PLUS D'ARTICLES