Accueil > Sport >

Championnats du monde d’athlétisme 2017 : Yarigo, du bonheur à la malchance

Alors que l’édition 2017 des Championnats du monde d’athlétisme a pris fin dimanche 13 août dernier, la Béninoise Noélie Yarigo doit encore ressasser sa dernière course au stade olympique de Londres. Alignée dans la première série des demi-finales du 800 m ce vendredi 11 août, elle est en effet passée par toutes les émotions.

D’abord, arrivée troisième de sa course, Yarigo s’installe devant un écran de télévision pour suivre les deux suivantes, histoire de voir si elle va être qualifiée grâce à son chrono, le meilleur de sa saison (1’59’’74). D’autant que les deux coureuses non-qualifiées ayant réalisé le meilleur temps des demi-finales sont également qualifiées en compagnie des deux premières de chaque demi-finale. A l’issue de la deuxième course, elle a donc constaté que les autres ont été plus rapides qu’elle. « C’est mort », lâche-t-elle, ayant compris qu’elle ne pourra courir la finale. Dans la foulée, surprise : la Britannique Lynsey Sharp est disqualifiée par la Fédération internationale d’athlétisme (Iaaf) pour avoir gêné l’Américaine Charlene Lipsey. Yarigo se retrouve ainsi repêchée pour la première grande finale de sa carrière. Elle s’imaginait alors défier les meilleures. Mais… nouveau rebondissement : le jury d’appel donne finalement raison à Lynsey Sharp. La Britannique est réintégrée en finale. Il s’agit d’un cruel dénouement pour Noélie Yarigo qui part de Londres le cœur plein d’allégresse. « Je ne regrette pas, j’ai tout donné. J’ai fait tout mon possible pour rester dans le coup durant la course. J’ai fini troisième. C’est dommage que je ne puisse pas passer en finale, mais je ne me décourage pas », confie-t-elle. La malchance poursuit décidément la star de l’athlétisme béninois. A 31 ans, la médaillée de bronze aux Jeux de la Francophonie 2017 ne compte pourtant pas lâcher prise. Celle qui avait juré de ne pas pleurer à Londres pense déjà aux Championnats d’Afrique 2018. Ensuite, elle s’imagine aux Championnats du monde 2019 et aux Jeux olympiques 2020.

EAB

PLUS D'ARTICLES