Accueil > Art et culture >

Conflit intergénérationnel dans la presse:L’avis du journaliste et écrivain Jérôme Carlos

Le journal Educ’Action, spécialisé dans les questions d’éducation, a organisé le jeudi 7 septembre 2017 le premier numéro des "Rencontres intergénérationnelles des médias (Rim)". L’invité était Jérôme Carlos, journaliste et directeur de la radio Capp Fm.

C’est devant un parterre d’invités, notamment Noël Alagbada, ancien conseiller à la Haac, Marie Richard Magnidet, conseiller à la Haac, Guy Constant Ehoumi, président de l’Odem, Franck Kpochémè, président de l’Upmb, et les professionnels des médias que Jérôme Carlos a réfuté la thèse de conflit intergénérationnel dans la presse béninoise. A l’en croire, le monde des médias est comparable à une école de la vie, où le maître et l’apprenant peuvent s’apporter mutuellement. « Le maître devient l’apprenant, et l’apprenant, le maitre », a-t-il lâché. Selon lui, trois conditions sont primordiales pour exercer le métier de journalisme. Primo, la connaissance du métier qui exige la connaissance des règles du métier et le seul chemin pour l’acquérir est la formation. Secundo, il faut réinventer le métier sans trahir son esprit. La troisième condition réside dans ce qu’il appelle le « soi avec soi-même, dans le miroir de sa conscience ». En abordant le volet de la prolifération des organes de presse dans l’espace médiatique béninois, l’invité dénombre 3 catégories de presses. Il y a des hommes des médias professionnels et efficaces, qui se remettent en cause à chaque instant et essaient de transcender les difficultés qui s’imposent à eux. La deuxième catégorie est celle impulsée par les politiciens avec des journalistes mercenaires à leur service. Enfin la troisième catégorie est celle propulsée par les opérateurs économiques détenant le pouvoir de l’argent. L’invité se dit tout de même fier de la presse béninoise malgré les couacs que l’on observe. Contrairement à Jérôme Carlos, Guy Constant Ehoumi président de l’Odem, a fustigé les professionnels des médias qui n’ont pas de conscience professionnelle. Marie Richard Magnidet, conseiller à la Haac, a rappelé à l’ordre les professionnels des médias qui confondent information et communication. Il les a invités à plus de professionnalisme dans l’exercice de ce métier.

A. N.A

PLUS D'ARTICLES