ACCUEIL POLITIQUE SOCIETE SPORT FAITS DIVERS ART & CULTURE AFRIQUE SANTE ECONOMIE
 
  ANNONCES GLOBALSERVICE IMMO
   
TOURNEE OFFICIELLE DU COUPLE PASTORAL HERMIONE ET (...)
   
Recrutement urgent d’un(e) Comptable et d’un(e) (...)
   
Opération 0 chomâge et Entreprenariat Réussi pour tous au (...)
   
INAUGURATION DU CENTRE JESUS POUR REUSSIR DE (...)
   
URGENT ! URGENT ! SIGNEZ LA PETITION POUR LA PAIX AFIN (...)
   
RECRUTEMENT A LA FONDATION GLOBAL SERVICE PLUS
   

Comment récupérer la femme que vous aimez en moins de trente (30) jours
Toute l'actualité africaine à temps réel sur www.actuafrique.com,
et www.actuafrique.com/english
Mali : Est-ce vraiment Blaise qui arme le Mujao ?

C’est dans le « Confidentiel » de Jeune Afrique que cette information a été donnée cette semaine. Le Mujao aurait été ravitaillé en arme via le Burkina. Officiellement le gouvernement burkinabè, n’a pas encore réagi. Une marche de protestation a été organisée à Paris, par les associations des ressortissants du Mali sur l’ambassade du Burkina. A la veille d’une visite à L’Elysée de Blaise Compaoré, c’est une information qui tombe mal.

Visite annoncée et à présent confirmée, Blaise Compaoré devrait-être reçu par le président français, Hollande, le 18 septembre prochain. Au mois d’août, peut-être dans les préparatifs de cette rencontre au sommet, le ministre Djibril Bassolet avait séjourné à Paris.

Les concertations qu’il avait alors eut avec les autorités françaises n’ont pas été à la hauteur des attentes de Ouagadougou. Partisan d’un dialogue avec les islamistes qui occupent le Nord Mali, le Burkina qui est isolé sur la question au sein de la Cedeao avait souhaité s’adjoindre un protagoniste de poids, le Qatar qui est déjà un soutien des islamistes. Seulement à Paris ce souhait n’a pas été accueilli avec enthousiasme. Selon les confidences de Jeune Afrique « les français lui ont opposé un refus poli, arguant du nombre déjà très important d’interlocuteurs dans cette crise ».

Blaise Compaoré qui vient à Paris n’aura sans doute pas autre choix, que de souscrire à l’option d’une intervention militaire au Nord Mali. Les derniers développements dans la crise malienne montrent bien, que les français ont décidé de forcer la main à tout le monde. A Dioncounda Traoré d’abord, qui a dû, en catimini, requérir les forces de la Cedeao, dans une lettre quelque peu dictée par le représentant spécial de la France au Sahel, Jean Felix Paganon. Actuellement la Mauritanie et le Tchad sont sous pression et ne pourront pas résister longtemps.

Il reste le Burkina. Blaise Compaoré arrive à Paris fragilisé par les récentes révélations des services français, selon lesquels « des armes auraient été récemment livrées, via le Burkina, au Mouvement pour l’unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) implanté dans la région de Tombouctou ». Cette révélation des renseignements français n’a pas officiellement donné lieu à un commentaire des officiels en France. Ils se seraient juste montré « perplexes » se demandant « comment des camions chargés d’armes pourraient-ils traverser le Burkina sans l’aval des autorités ? »

C’est sans doute une des discussions que Hollande et Compaoré pourraient avoir. Mais le COS (le Commandement des unités spéciales, une unité d’élite de la France) qui est bien implantée au Burkina ne devrait rien ignorer de tout cela en réalité. Hollande devrait poser des questions dont il connait à l’avance les réponses. Par contre dans la posture de Blaise Compaoré, dont la réputation en cette matière ne plaide pas pour lui, la situation devrait être plus gênante. La pression sur lui sera non pas de se plier à l’intervention, mais sans doute de se « démerder pour que rien de fâcheux n’arrive aux sept otages français détenus par AQMI, l’allié du Mujao ».

La récurrence des accusations

Le nom de Blaise est déjà trop « gâté » dans cette affaire et on se dit qu’il doit avoir une baraka extraordinaire de n’avoir pas encore subit, le sort de ceux de ses prédécesseurs qui ont été accusés d’avoir trempés dans de semblables trafics. En tout les cas, les accusations ne s’arrêtent pas. A la fin du mois d’août dernier, le mauritanien Ahmedou Ould-Abdallah, ancien ministre des Affaires étrangères de son pays et qui dirige actuellement le Centre/4S (Centre de réflexion sur la sécurité dans la région Sahel Sahara) a tenu des propos sibyllins qui ont sans doute fait siffler les oreilles à Ouagadougou. Selon Ould Abdallah : « les terroristes d’Aqmi ne sont que les intermédiaires des trafiquants installés dans tout le golfe du Bénin. Leurs réseaux, au plus haut niveau de chaque Etat de la région, sont considérables. J’ai des noms et la liste est considérable… » Quand quelques jours après de tels propos, les « services amis » se permettent des révélations d’une telle nature, l’embarras ne peut-être que grand.

En ce moment les grandes oreilles de la France sont braquées sur le sahel

Selon des informations récemment publiées par des confrères français, spécialistes des questions militaires, le Commandement des opérations spéciales, connu sous les initiales COS, dont une bonne partie des unités est pré-positionnée à Ouagadougou « serait monté en force » en dégarnissant d’autres terrains où il était en mission « à fin de récupérer des opérateurs supplémentaires ». Le COS se prépare donc à mener une action d’envergure dans le sahel. Les moyens ont été pris sur d’autres unités. Les commandos spécialisés (GRA, groupe d’action) du 1er RIPMA et les équipements de recherche du 13e RDP avec la flotte des VPS (véhicules de patrouille spéciale, construits par Panhard).

Ceux qui ont prêté attention ont vu ces véhicules, qui équipent aussi maintenant l’armée burkinabè. Mais ce n’est pas tout, pour mener « une traque sur une telle échelle et aussi longtemps », il a fallu renforcer les moyens du COS par ceux des forces conventionnelles (transports et renseignements). A cause de l’importance de la zone, les moyens seront combinés (terrestres et aériens) avec une probable entrée en action des Drones Harfang qui avaient déjà servis contre Kadhafi.

La France ne veut pas prendre le risque d’échouer. Elle a donc fait les choses comme il fallait. La Cedeao pourra-t-elle s’y mouler ?

Probablement. Dans nombre de pays, le COS a déjà entraîné les unités spéciales et conclu des protocoles qui lui permettent de se déployer. Il y a quand même des appréhensions et pour la France, il faut en plus des moyens mobilisés, constituer une large coalition pour conduire cette guerre contre les islamistes du Nord Mali, pour ne pas laisser cette région devenir un « sahélistan », selon les propos du ministre français de la Défense, Jean Yves le Drian.

Blaise Compaoré qui n’avait plus foulé le parquet de l’Elysée depuis Jacques Chirac, arrive donc en terrain miné. Le froid Hollande ne devrait pas faire beaucoup pour le décrisper.

Preuve de vie des otages français

A quelques jours de la visite de Blaise Compaoré en France, une vidéo publiée par AQMI vise à donner une preuve de vie des quatre otages. L’intervention est construite sur un message clair. Il faut payer AQMI pour qu’il nous libère. C’est le message répété par les quatre français otages.

C’est aussi un moyen supplémentaire de pression sur la France. Les otages sont en vie, allez-vous prendre le risque d’une intervention qui pourrait leur coûter la vie ?

Il y a donc dans cette vidéo deux messages, l’un explicite, payer la rançon que demande AQMI. L’autre implicite remisez la décision de pousser à la guerre. Il y a donc au menu de la première rencontre Hollande Compaoré du grain à moudre. Mais c’est peut-être aussi pour ça que Hollande s’est résolue à recevoir le président burkinabè. La diffusion de cette vidéo, à quelques jours de la visite de Blaise à Paris ne peut pas être fortuite. Les familles des otages sont reçues le 13 septembre, 5 jours avant l’’arrivée du président burkinabè. Peut-être est-il porteur de bonnes nouvelles.

Par Newton Ahmed BARRY

L’Evénement

lundi 17 septembre 2012

 

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

LIRE DANS LA MEME RUBRIQUE

Gabon:Qui est Emmanuel Issoze-Ngondet, nouveau Premier ministre
Emmanuel Issoze-Ngondet, nouveau premier ministre Jamais l’Ogooué-Ivindo n’avait auparavant fourni de Premier ministre. Emmanuel Issoze-Ngondet est (...)

Gabon:Jean Ping appelle ses partisans à une « résistance active »
L’opposant Jean Ping n’abdique pas Alors que coup sur coup, son camp a subi le verdict de la Cour constitutionnelle et l’investiture d’Ali Bongo, (...)

Le journaliste kenyan Aggrey Mutambo gagne l’invitation d’APO pour participer au Forum Africain de l’Investissement Hôtelier à Kigali
DAKAR, Sénégal, 27 septembre 2016/APO/ — APO (www.APO-opa.com), le seul distributeur de communiqués de presse dédié à l’Afrique et à la région MENA, a (...)

Situations des droits de l’homme en Ukraine et en RDC
GENEVA, Suisse, 27 septembre 2016/APO/ — LE CONSEIL ENTAME L’EXAMEN DES RAPPORTS PRÉSENTES AU TITRE DE L’ASSISTANCE TECHNIQUE ET DU RENFORCEMENT DES (...)

La Représentante spéciale prend part à la cérémonie d’ouverture du séminaire sur l’Evaluation nationale de base de gestion des armes et des munitions
ABIDJAN, Côte d’Ivoire, 27 septembre 2016/APO/ — La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d’Ivoire, Madame (...)

Mali - Un premier pas qui doit en appeler d’autres : Al Mahdi condamné à 9 ans par la CPI
« Ce verdict représente une victoire pour les victimes des crimes commis au Mali depuis 2012, en particulier pour les populations de Tombouctou. Il (...)

Le Conseil des Droits de l’homme se penche sur les situations au Burundi et en Libye
GENEVA, Suisse, 28 septembre 2016/APO/ — Le Conseil des droits de l’homme a tenu, cet après-midi, un dialogue renforcé sur la situation des droits (...)

France - Ghana : Quai d’Orsay - Déclarations du porte-parole - 28 septembre 2016
PARIS, France, 28 septembre 2016/APO/ — Au point de presse de ce jour, le porte-parole a fait les déclarations suivantes : [...] 3 - Coopération (...)

Franc CFA : un mécanisme désuet, dit le futur ex-secrétaire général adjoint de l’ONU
« Il y a quelque chose qui cloche avec le franc CFA », a déclaré à l’AFP Carlos Lopes avant d’annoncer son départ de l’ONU, qui explique sans doute (...)

Gabon : calme précaire et proposition d’un gouvernement d’union nationale
C’est un dimanche pas tout à fait ordinaire à Libreville où règne un mélange de tranquillité et d’inquiétude. De nombreux Gabonais sont allés à la messe (...)

Gabon : la réélection d’Ali Bongo Ondimba validée par la Cour constitutionnelle
Après un très long exposé des motifs, vendredi soir, la Cour constitutionnelle a annoncé qu’elle rejetait la requête de Jean Ping sur le fond. Tout en (...)

Exactions au Burundi : les enquêteurs de l’ONU dressent une liste de suspects
Une mission d’enquête sur les violations des droits humains au Burundi a rendu mardi 20 septembre un rapport accablant pour le gouvernement et ses (...)

Gabon : opération de recomptage des voix à la Cour constitutionnelle
Depuis le début d’après-midi, calculette en main, les 9 juges constitutionnels et plusieurs juges assistants passent en revue les PV des quelque 2 (...)

Carburants toxiques en Afrique:Résultat de trois ans d’enquête
Public Eye a analysé la qualité des carburants disponibles à la pompe dans huit pays africains : l’Angola, le Bénin, le Congo-Brazzaville, le Ghana, (...)

Présidentielle au Gabon : l’opposition sceptique avant une semaine déterminante
Dimanche matin sur RFI, le ministre gabonais des Affaires étrangères assurait que ces experts étaient les bienvenus, mais que les contours de leur (...)

Scandale Petrobras : l’ex-président brésilien Lula inculpé pour corruption
Lula semble de plus en plus empêtré dans le scandale Petrobras. L’ancien président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a été inculpé, ainsi que son (...)

Les Prix jeunesse de la Francophonie 35 35 seront célébrés en octobre 2016
Ces prix se veulent un des rendez-vous les plus importants de l’Afrique francophone en termes d’innovation, car ils regrouperont en un même lieu (...)

Recours déposé par Jean Ping au Gabon : les risques et les avantages
Depuis plusieurs jours, la décision de saisir la Cour constitutionnelle a provoqué des débats au sein de la coalition. Il faut savoir que (...)

Gabon : le ministre de la Justice, Séraphin Moundounga, annonce sa démission Séraphin Moundounga, ministre de la Justice du Gabon
Le deuxième vice-Premier ministre gabonais, Séraphin Moundounga, a annoncé ce lundi qu’il démissionnnait. Il s’agit de la première défection de haut (...)

Brésil : Dilma Rousseff destituée, Michel Temer nouveau président
Dilma Rousseff a été officiellement destituée ce mercredi 31 août par un vote du Sénat. Après l’annonce de cette décision, la présidente du Brésil a (...)

0 | 20 | 40 | 60 | 80 | 100 | 120 | 140 | 160 | ... | 540
Annonce global Service Plus

 

Toute l'actualité africaine à temps réel sur www.actuafrique.com,
et www.actuafrique.com/english

Copyrights 2007- 2016 - Tél : +229 62 73 73 76 // +1 203 570 1634 E-mail : info@actubenin.com |