Accueil > Politique >

Réalisation d’ouvrages par l’Uemoa dans l’Alibori:Forages, magasins et postes de contrôles juxtaposés fonctionnels

L’Union économique monétaire ouest-africaine (Uémoa) a entamé dans le département de l’Alibori au Bénin, une visite de ses projets de réalisations d’infrastructures de développement en cours. Cette visite a conduit la déléga-tion les 24 et 25 juillet 2017, dans les Communes de Ségbana, Kandi et Malanville.

Apprécier et surtout constater de visu les réalisations ainsi que le suivi des ouvrages des projets implantés dans le département de l’Alibori, afin de voir leur contribution par rapport au développement. C’est à cet exercice que le Représentant résidant de l’Uémoa au Bénin, Yaovi Kounhundé a entrepris ensemble avec les professionnels des médias en début de cette se-maine. Ces projets réalisés par l’Union économique monétaire Ouest africaine (Uémoa), touchent quatre volets importants de développement concernent des Postes de contrôles juxtaposés qui sont situés entre Malanville au Bénin et Gaya au Niger, de 8 périmètres irrigués pour la culture du riz dans la commune de Malanville et des magasins de grandes capacités de stockage des récoltes et des graines dans les communes de l’Alibori. Dans le cadre de son programme d’hydraulique villageoise consistant à la réalisation des forages équipés de pompes à motricité humaine, l’Union monétaire ouest africaine (Uémoa) est allée au secours des populations du département de l’Alibori. Pour ce volet d’appui sociocommunautaire, 69 forages ont été réalisés dans plusieurs localités de toutes les communes du département de l’Alibori, sous le financement de l’Uémoa. Toutes ces réalisations de forages ont coûté un montant total de 619 493 942 FCfa.

Des appuis en magasins et périmètres irrigués

Outre ces ouvrages hydrauliques, il a eu la construction de plusieurs magasins de conservation des récoltes et de graines en République du Bénin. Le département de l’Alibori a bénéficié de 5 magasins au total dont 1 de 2000 tonnes à Banikoara, 1 de 2000 tonnes à Gogounou, 1 de 2000 tonnes à Kandi, 1 de 2000 tonnes à Karimama et 1 grand magasin de 4 000 tonnes à Malanville. Selon Simon Goudou, Directeur technique de l’Agétur qui est le bras technique de l’Uémoa pour la réalisation de certaines deses ouvrages au Bénin, l’ensemble des 5 magasins construits dans le département de l’Alibori coûte 615 105 617 FCfa. L’union est également intervenue dans le domaine de l’aménagement hydraulique agricole. La contribution importante de l’Uémoa a été à cet effet, l’achèvement des travaux de 8 périmètres pilotes d’irrigation de la Sota. Pour Simon Goudou, ce projet avait des problèmes sur le plan administratif et financier et les chantiers étaient à l’arrêt. Il a fait savoir que c’est à la faveur d’un programme sous régional initié par l’Uémoa pour les aménagements hydroagricoles dans les 8 pays membres, que le gouvernement du Bénin a sollicité l’institution pour affecter une partie des fonds en vue de l’achèvement de ces périmètres en souffrance. L’Uémoa a effectivement achevé les travaux des 8 périmètres qui sont livrés et exploi-tés par les populations bénéficiaires de Malanville. Sur les lieux, les populations du village de Kotchi occupent 03 périmètres, ceux de Bodjékali 2 périmètres et 3 sont repartis aux populations de Mokassa toujours dans la Commune de Malanville.Selon Simon Goudou, tous les travaux de ces aménagements ont coûté à l’Uémoa 1 milliard 995 millions 911 mille 340 FCfa. Pour tout l’ensemble des réalisations de l’Uémoa qui ont couvert toutes les communes du département de l’Alibori sous la maîtrise d’ouvrage déléguée de l’Agétur, a précisé Simon Goudou, sont évaluées à un montant global de 3 milliards 230 millions 510 mille 899 FCfa. La commune de Ségbana a bénéficié de 19 forages, 11 à Kandi et 11 également dans la commune de Ma-lanville où le représentant résidant de l’Uémoa au Bénin, Yaovi Kounhundé et les hommes des médias sont allés étape par étape, s’enquérir de la fonctionnalité de tous les ouvrages réalisés. Dans chacune de ces communes sillonnées deux jours durant, les ouvrages visités fonctionnent normalement sous la gestion déléguée des populations bénéficiaires. A Ségbana, sur les 19 forages réalisés à un coût total de 170 585 288 FCfa, ce sont les sites de Guéné Koussi II, Longban et du centre de santé de Piami qui ont reçu la vi-site inopinée de la délégation de l’Uémoa. A l’étape de la Commune de Kandi qui a bénéficié de 11 forages estimés à un montant total de 98 759 904 FCfa, le village de Winna II, un camp peulh a retenu l’attention de la délégation. La Commune de Malanville également a reçu la visite de cette déléga-tion sur presque tous les sites de ces projets réalisés.

Remerciements des autorités béninoises

Le Préfet du département de l’Alibori qui a reçu la délégation à l’entame de cette visite des projets, a au nom de ses administrés et du peuple Béninois, dit toute sa gratitude à l’endroit de l’Uémoa. Selon Mouhammadou Moussa, la principale réalisation qui intéresse la sous région est la construction des postes de contrôles juxtaposés de Malanville. Tout en reconnaissant qu’il s’agit d’un beau joyau, le Préfet de l’Alibori a souhaité la mise en service officielle qui selon lui, permettra aux populations de circuler librement et de renforcer le dispositif commercial dans la sous région. Pour lui, au-delà de ces postes juxtaposés, les magasins de stockage, les forages, les périmètres vont permettre la culture intensive du riz. Très satisfait d’avoir partout constaté la fonctionnalité de presque tous ouvrages à Ségbana, Kandi et Malanville, le Représentant résidant de l’Uémoa au Bénin s’est dit fier de la réa-lisation de ces projets qui, selon lui, contribuent effectivement au développement du département de l’Alibori. Aussi, quelques petites pannes en réparation de certains ouvrages hydrauliques lui ont été signalées. A Malanville, le Représentant a demandé la réparation de la dégradation constatée sur la chaussée de passage des camions gros porteurs qui ont déjà commencé le trafic avant l’ouverture officielle de l’infrastructure routière.

Hervé M. Yotto

PLUS D'ARTICLES