Accueil > Politique >

Sanctions tous azimuts à la Police nationale:Le Nouveau départ met fin à l’impunité chez les flics

Après l’assainissement des finances publiques, le gouvernement du Nouveau départ a décidé de mettre de l’ordre dans la maison police. Résultats : des sanctions disciplinaires infligées tant aux hauts gradés de la Police nationale qu’aux agents sous leur commandement.

Depuis l’avènement du Nouveau départ, la donne a changé au niveau des forces de sécurité publique. Le laxisme et l’impunité qui y régnaient semblent être révolus. Ceux parmi eux qui ont des comportements contrariant les principes cardinaux qui régissent le corps des hommes en uniformes en général et en particulier, les agents des forces de sécurité publique, subissent désormais la rigueur de la loi. Sans ménagement aucun, la hiérarchie n’hésite pas à infliger des sanctions selon la faute commise. Certains sont sanctionnés pour absence au poste et d’autres, par contre, sont punis pour non-port de tenue règlementaire. Il s’agit des commissaires de Sèmè-Podji, de Dodji, de Houinmè et de Ouando, à Porto-Novo dans l’Ouémé. Ils ont écopé chacun vingt-cinq jours d’arrêt de rigueur. Quant au commissaire de 1ère classe, Kouerou Ayouba, commissaire central de la commune de Bassila, dans le département de la Donga, il a été relevé de ses fonctions et mis à la disposition de la Direction départementale de la Police nationale de la Donga. Quant au commissaire central de la commune d’Abomey-Calavi, le commissaire central a été mis aux arrêts de rigueur pour non-port de tenue règlementaire.

Odi I. Aïtchédji

PLUS D'ARTICLES