Accueil > INSOLITES >

Settat : Un truand arrêté la nuit de ses noces

Chaque jour, ce sont des centaines de plaintes qui s’amoncellent sur le bureaux du chef de la police judiciaire de la sûreté et des arrondissements de police de Settat. C’est tout à fait normal dans tous les services de police du monde.

Mais, ce qui est bizarre, pour les limiers de la police de la capitale de la Chaouia, c’est que la majorité des plaignants donnaient presque les mêmes signalements de leur agresseur. Les victimes ont affirmé, dans leurs plaintes, que la personne qui les a agressées est un jeune homme dont l’âge ne dépasse pas la trentaine, armé en permanence d’un couteau et qui n’hésitait pas à les violenter si elles refusaient de lui obéir. Il les obligeait à lui remettre tout ce qu’elles portaient sur elles comme argent, montres, téléphones, PC portables, bijoux et tous les objets de valeur. Certes, dès la plainte déposée par sa première victime, les policiers de la ville de Settat ne sont pas restés les mains croisées ; ils se sont mobilisés, mais leur première tentative n’a pas abouti. Au fil des plaintes qui se succèdent, ils arrivent, enfin, à l’identifier. Il s’agit d’un repris de justice, surnommé Oueld Laâouina, âgé de vingt-huit ans, demeurant au quartier Sidi Abdelkrim. En fait, le nombre de ses victimes augmentait de jour en jour. Et les limiers n’ont pas épargné le moindre effort pour le mettre hors d’état de nuire. Mais, il semble que Oueld Laâouina est un professionnel qui arrivait à agir et retourner vers son coin sans être inquiété. Les enquêteurs ont même mené une surveillance permanente au quartier Sidi Abdelkrim où réside sa famille. Toujours en vain.
La dernière fois, les enquêteurs de la PJ ont appris que Oueld Laâouina s’apprêtait à célébrer son mariage, c’était l’occasion qu’il ne fallait pas rater pour lui mettre la main dessus. Et ils sont passés à l’action.
Oueld Laâouina nageait dans le bonheur. Dans quelques heures, il allait vivre sa nuit de noces. Il venait juste de rentrer du bain maure, qu’il avait pris en compagnie de ses amis et quelques membres de sa famille. Alors qu’il s’apprêtait à rentrer chez lui, les policiers se sont jetés sur lui et l’ont immobilisé. Les membres de sa famille les ont menacés à l’aide d’armes blanches. Mais, les limiers ont décidé de ne pas rater l’occasion sans pour autant tirer une seule balle. D’autres policiers se sont dépêchés sur les lieux pour les assister. Et Oueld Laâouina a été conduit au commissariat pour être soumis aux interrogatoires. Il a tout avoué.

Abderrafii ALOUMLIKI Le : 2012-09-19 Par ALM N° : 2768

PLUS D'ARTICLES