Accueil > Politique >

Top Secret : Un important service de la Police décapité

Un important service de la Police décapité

A peine revenus d’une mission capitale à l’intérieur du pays, trois inspecteurs de la Direction de l’immigration et de l’émigration en fonction au Service Recherches et enquêtes n’ont pas eu le temps de souffler avant d’être sanctionnés dans l’affaire Léhady ; laquelle défraie la chronique depuis plus de deux semaines. Ils ont été mis aux arrêts de rigueur tout comme trois autres gardiens de paix. Après le responsable du service Recherches et enquête de ladite Direction, Secrétaire général du Syndicat national de la police, la tempête a fini par avoir raison d’eux, tel que l’a voulu la hiérarchie policière. Il faut noter que dans la procédure, la hiérarchie a d’abord adressé une demande d’explication aux intéressés. Seulement, elle n’a pas attendu leur réponse avant de prendre sa décision. Au total, ils sont sept fonctionnaires de ce service à avoir écopé de plusieurs semaines d’arrêt de rigueur.

Le Prd espère gros au prochain remaniement

Ce n’est plus un secret. Sauf cataclysme, le Prd fera partie de la prochaine équipe gouvernementale. Au niveau de l’instance dirigeante du parti, le débat est bel et bien à l’ordre du jour et on en parle sérieusement autour du président. Si ce dernier et les siens ne doutent pas du respect de la parole donnée par le chef de l’Etat, ils s’interrogent par contre sur le nombre de portefeuilles qui leur seront attribués. En attendant que le président publie sa liste au retour des congés du gouvernement, le Prd vise gros et les barrons du parti ne s’en cachent pas : pas de portion congrue.

Les ressortissants européens informés de menaces

Bien avant les attentats de la semaine dernière à Ouagadougou, les services de sécurité des Ambassades occidentales accréditées au Bénin redoutant des actes terroristes auraient informé leurs ressortissants des menaces qui planaient sur la sous-région. Plusieurs lieux identifiés comme cibles possibles d’attaques terroristes leur ont été interdits de fréquentation sans avoir pris les précautions requises n’ont pas été prises. De même, ils sont invités à signaler au préalable à leur représentation diplomatique tout déplacement à l’intérieur du pays. Depuis les évènements malheureux de Ouagadougou, le niveau d’alerte est au maximum dans la sous-région, réduisant ainsi le flux des mouvements en ces temps de vacances, période par excellence où les visiteurs sont plus remarquables dans nombreuses capitales africaines.

PLUS D'ARTICLES